1984-Flamenrock

Adlibitum 1972 Les années poussière 1972 La craie dans l'encrier 1974 Nil 1975 Jeux de société 1976 Vaguement 1977 Coup d'feel 1979 Geronimo 1980 Johan 1981 Revue et corrigée 1982 T'es pas drôle 1983 La rockeuse de diamants 1983 Flamenrock 1984 Nuit Magique 1986 A Travers les autres 1987  Rocktambule Les romantiques 1991 Maldonne 1993 Mélomanie 1996  Graal Passe moi l'ciel 2005 Une Voix Pour Ferré 2011 Au Cœur De l'Âme Yiddish 2012


33t et CDFlamenrock45t-Flamenrock Don juane.45t-Flamenrock-promoK7 - Flamenrock

- 33t Trema 310 178 - CD Trema710 178
- 45t Trema 410 300 -> Flamenrock - Dom Juane
- 45t Promo Trema 260 385 - Dernière séquence en extérieur - Haut les mains
- K7 Trema 110 178


 

1 Espionne    -  E.Anaïs/C.Lara-C.Engel
2 Dom Juane   -   E.Anaïs/C.Lara-C.Engel
3 Dernière séquence en extérieur nuit   -   L.Plamondon/M.Coeuriot-R.Lable
4 Haut les mains   -   L.Plamondon/M.Coeuriot-C.Lara
5 Flamenrock    -  E.Anaïs/C.Lara-C.Engel
6 Série noir en ciré noir    -  C.Lara-E.Anaïs/C.Lara-C.Engel
7 Canicule    -  E.Anaïs/C.Lara-C.Engel
8 Blues star line  -  C.Lara-E.Anaïs/C.Lara-M.Coeuriot

 

♫ Retrouver la partition de cette chanson
Arrangements et direction : Michel Coeuriot
Réalisation : Catherine Lara et Michel Coeuriot

Ciré noir du polar en série noire…Dom Juane : « Ma mère est une grande amoureuse, mais pas une femme câlin et ça m’a un peu manqué. J’ai réglé mes comptes avec ça. Ce côté affectif, je l’ai cherché plus tard et je l’ai retrouvé autrement » Catherine Lara (Chorus) « Comme un besoin de rattraper ces moments de tendresse ratés »… là aussi tout est dit !

Catherine Lara 1984

 

 

 

« Je trouve que ce qu’il y a de plus fabuleux dans l’amour, c’est la séduction :
le moment où il ne s ’est encore rien passé, et où tu ne sais pas quoi faire pour être au mieux de ta forme et au plus beau.
Ce que j’aime c’est plaire ! Après cela devient autre chose… »
Catherine Lara.

 

 

 

« Je l’ai écrit en 15 jours avec Claude Engel.
Et il a fallu 350 heures pour le réaliser.
Après les 80 concerts de l'été dernier devant des mômes qui gueullaient »
Catherine Lara

Cet air bravache sur la pochette, un visage de revanche, pourquoi ? Un album qui sent la décision délibérée et pas trop la tripe. Une éclaircie pourtant : « Canicule », Lara telle qu’en elle-même, le désir d’avant le plaisir, l’accalmie d’après. C’est écrit moite par Elisabeth Anaïs : « Quand ta peau laisse dans l’ombre un goût de vanille. Quand nos corps se fondent dans une rue de Manille ». La satiété du tropique tropical… une pincée de cannelle dans la gorge.
Sylvie Coulomb Chanson Magazine 1985

Après le cuir noir de la « Rockeuse de diamants », Catherine Lara endosse le ciré noir du polar de série noire. Les titres de ses nouvelles chansons (dues à la plume d’Elisabeth Anaïs) en évoquent en effet la mythologie : espionne, Dom Juane, hold-up, obscurité, blues, canicule dans une rue de Manille. Eclairage blafard de la pochette, lettres jaunes sur fond noir au verso, dans les mêmes caractères que les couvertures de la fameuse collection de chez Gallimard… L’illusion est parfaite.
Pourtant, cette habile mise en scène ne semble être qu’un artifice pour se raconter avec une certaine pudeur. Espionne, agent double, pour dire contradictions, dons de caméléon, comme tous les bons gémeaux. Dom Juane pour dire «  Cruelle jusqu’au bout des larmes / mais aussi fragile qu’une femme ». Hold-up, pour vérifier si l’on marche à son sens de l’humour ou si l’on appelle au secours. Flamenrock pour « voir au fond des yeux / l’éclat du feu / la rage et la peur / au font du cœur ».
Energie et tendresse, violence et amour, musique et danse, angoisse et humour, rage et déduction, Catherine est tout cela à la fois, et tout cela est évoqué avec adresse et esprit dans cet album. La réalisation musicale de Michel Coeuriot est à la hauteur du sujet. Ecouter la guitare, les chœurs et l’émotion de « Dom Juane », vibrer aux pulsions cuivrées de « Haut les mains », un kidnapping où beaucoup de victimes seront consentantes.

Erwan Le Tallec Paroles et Musique 1985

Dernière union en date consacré par cette rockeuse à la griffe musicale inattendue, celle du rock et du flamenco, télescopage dans son dernier album « Flamenrock ». Claquettes, hidalgos, soie noire, sombrero et passionnaria en furie. Catherine Lara aime les déguisements aux parfums d’aventure :ceux d’héroïne de série noire, de Don Juane, d’espagnole exaltée.
Xavier Jacquard
Le soir Illustré 1985

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de savoir si vous êtes réellement un visiteur et permet de prévenir toutes intentions de spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.