1988-Rocktambule

Adlibitum 1972 Les années poussière 1972 La craie dans l'encrier 1974 Nil 1975 Jeux de société 1976 Vaguement 1977 Coup d'feel 1979 Geronimo 1980 Johan 1981 Revue et corrigée 1982 T'es pas drôle 1983 La rockeuse de diamants 1983 Flamenrock 1984 Nuit Magique 1986 A Travers les autres 1987  Rocktambule Les romantiques 1991 Maldonne 1993 Mélomanie 1996  Graal Passe moi l'ciel 2005 Une Voix Pour Ferré 2011 Au Cœur De l'Âme Yiddish 2012


33t et CD Rocktambule45t-Rocktambule45t I E OStand by45t Ticket bleu Cest facile a dire45t promo ticket bleu

- Pressage France : 33t Trema 310 250 - K7 Trema 310 250 - CD Trema 710 250  / Pressage Canada : 33t Trema TRM-3025
- 45t Trema 410 446 -> Rocktambule - L’homme
- 45t Trema 410 425 / Pressage Canada : 45t Trema TRM-4034 -> Ticket bleu - C’est facile à dire
- 45t Promo Trema 190 488 -> Ticket bleu - C’est facile à dire


 

1 Rocktambule -  C.Lara-D.Boublil/S.S.Maria/C.Lara
2 Ticket bleu -  C.Lara-D.Boublil/S.S.Maria
3 I.E.O. -  C.Lara-D.Boublil/S.S.Maria
4 Stand by -  C.Lara-D.Boublil/Catherine Lara
5 Passion d’avril  - C.Lara-D.Boublil - S.S.Maria /S.S.Maria-J.Woollooff-C.Lara
6 S'envoyer en l’air   -   L.Plamondon/J.Woollooff-C.Lara
7 Entre désert et désir -  B.Lavilier/S.S.Maria
8 C’est facile à dire -  C.Lara-D.Boublil/C.Lara
9 L’homme  - C.lara-D.Boublil/S.S.Maria-C.Lara

♫ Retrouver la partition de cette chanson
Arrangements et direction : Sébastien Santa Maria et Catherine Lara

- "La nouvelle chanson de Catherine Lara"

Catherine Lara a installé ses pénates dans un duplex qui domine le quartier de l'Horloge, tout près du parvis de Beaubourg. Un lieu animé qui correspond parfaitement à l'inspiration de cette chanteuse débordante de vie. La voix un peu cassée par les longues répétitions. Catherine Lara, attendait visiblement avec impatience les retrouvailles avec son public (du 10 au 27 mars à l'Olympia) et cette série de concerts, toujours prétexte à la fête...

Sur les pochettes de vos disques, vous semblez jouer avec votre image en vous plaçant plus ou moins en gros plan. Avec le dernier, vous donnez dans le flou/artistique très studio Harcourt...
Catherine Lara : C'est l'image d'une femme avec un enfant. L'enfant "qui voit grand" comme je chante dans I.E.O. A 40 ans, il est normal d'être banchée par la maternité. J'ai aimé cette photo pleine d'amour. Avec aussi le violon, le prolongement naturel de mon bras.

Catherine Lara 1988A l'écoute, on a l'impression que ce disque marque la réconciliation de la rockeuse et de la créatrice de ballades comme "La craie dans l'encrier"?
C.L. : Tout à fait! D'ailleurs sur scène, je chante une nouvelle version de La craie a capella. Mais, la nouveauté de l'album, c'est que j'ai écrit des paroles avec mon "vieux" complice Daniel Boublil. Je crois le résultat plus poétique que dans les albums précédents.

Pourquoi cette envie soudaine d'écrire?
C.L. : Elle remonte à très longtemps. Avant j'avais déjà l'impression de donner beaucoup de moi-même dans les textes. Restait à sauter le pas définitivement. J'ai appelé Daniel à Lausanne, je lui ai dit "J'ai envie d'écrire, j'ai besoin de toi". Il a pris l'avion. Dans Au milieu de nulle part, le langage était très rock. Là, je souhaitais retrouver l'univers de mes premiers disques.

Avec "T'es pas drôle", vous rendiez hommage à Dewaere. Dans "I.E.O.", vous évoquez Balavoine. Comment est née cette chanson?
C.L. : Dans le travail avec les deux vers "Traverser le désert porter de l'eau/ Tu l'as fait pour tes frères Dieu que c'est beau". C'était Daniel. Il s'imposait.

Que signifie le refrain?
C.L. : C'est du yaourt, comme disent les musiciens de studio. Quand nous travaillons le pont musical, nous disions ces mots qui n'ont aucun sens. Et, dès que nous avons voulu mettre des paroles, c'était la catastrophe. Alors, nous avons gardé le yaourt. Et puis I.E.O. c'est le cri du coeur.

Les titres de l'album parlent souvent de solitude...
C.L. : On a toujours l'impression qu'il vous manque quelqu'un. Et en même temps, j'aime la solitude. Toute petite, j'avais cette envie de liberté : à 5ans, j'ai fait une fugue! C'est le rêve exprimé dans la chanson Ticket bleu. Et, en même temps, je l'assume mal. Alors, en guise de thérapie, je le chante.

Comment s'est faite la rencontre avec Lavilliers sur "Entre désert et désir"?
C.L. : A Lausanne, à l'aéroport où nous nous sommes croisés par hasard. Dans l'avion, il a écouté la musique, il a eu envie d'écrire ce texte. Et il chante le refrain intérieur qui lui correspondait mieux qu'à moi.

Dans "L'homme", vous rencontrez l'Afrique, avec Mory Kante qui joue de sa Kora...
C.L. : L'an dernier, j'ai eu un choc en Afrique lors d'une grande tournée. J'y ai vécu des moments fabuleux. Ce continent est une source rythmique et mélodique fabuleuse.

Vous restez "rockmantique", comme vous dites, dans "S'envoyer en l'air" et "Roktambule"?
C.L. : Je suis rockmantique car j'écris du rock symphonique. Et ces chansons nous permettent de nous donner sur scène, et de jouer aussi - une de mes passions - avec les mots...
Propos recueillis par François Cardinani 1988

Elle est infatigable et toujours surprenante. A peine s'était-elle fait reconnaître comme violoniste classique qu'elle part accompagner Claude Nougaro. Puis, elle décide de se lancer dans la chanson. Après quelques disques un peu difficiles, elle rencontre enfin le succès en jouant du rock. Mais ce sont deux superbes slows, Nuit Magique et Encore une fois qui la font accéder au statut de star. Certains auraient peut-être continué dans cette direction? Ce n'est pas le genre de Catherine Lara. Sa nouvelle chanson, I.E.O., ne ressemble en rien à ses deux précédents succès.

- En hommage à Balavoine

"I.E.O., nous explique-t-elle, c'est un titre qui ne veut strictement rien dire, tout comme le refrain de cette chanson, qui est écrit dans une langue plutôt imaginaire! J'ai eu envie d'entendre les enfants crier cela dans une salle, pour se défouler. Chacun peut entendre ce qu'il veut derrière ces trois lettres. Mais cette chanson, c'est aussi un hommage à mon ami Daniel Balavoine, c'est pourquoi j'ai mêlé mes paroles avec les titres de quelques-unes de ses chansons. Mon nouvel album, j'ai voulu qu'il soit totalement différent des deux précédents : J'ai horreur de me répéter. C'est un disque plein d'énergie, et j'ai aussi collaboré à l'écriture des textes. I.E.O., n'est sans doute pas la chanson la plus populaire de l'album, mais je tenais à ce qu'elle sorte en premier. Il y a bien sûr un slow, une chanson magnifique qu'a écrit Bernard Lavillier et qui s'appelle Désert désir. Nous la chantons en duo."
Propos recueillis par Dominique Labarrière
Magazine Bonne Soirée de mars 1988

Sur cet album pas de chanson très marquantes sinon, « I.E.O. » dédié à Daniel Balavoine, et surtout « Entre désert et désir », texte (et voix) de Bernard Lavilliers, le collègue de bourreau (des cœurs) auquel on a le plus comparé la « Dom Juane ». A cela Catherine rétorque ; « C’est un mec que j’aime bien, très surprenant, et avec beaucoup de talent. En fait, c’est un faux macho, attendrissant. Des gros muscles et un gros cœur ». La même année, après avoir passé deux semaines à l’Olympia, elle entame la tournée d’une centaine de petits lieux (six à huit cents places).
Daniel Pantchenko Chorus 1996

Daniel :
« Je l’ai seulement croisé, mais j’éprouve une immense admiration pour l’homme qu’il était. J’ai besoin, quand j’aime, de l’exprimer en musique et en chanson. Ainsi, j’avais dédié Maggy à ma grand-mère pour laquelle j’avais une véritable passion! »
Catherine Lara Février 1988

- Les clips :

« IEO »

Le clip de Jean Paul Gautier...Le clip « IEO » tourné sur les falaises d’Étretat en Normandie. Il fait beau ce jour là, il y a du vent comme toujours en haut des falaises. Catherine habillée tout de noir, un sweet où il y a de marqué « Big star basic » en gros, un manteau très long, une écharpe. Des enfants qui courent avec les drapeaux fait de rubans, Catherine les cheveux dans le vent. Le violon de Catherine apparaît à la fin. La touche finale du clip : des torches et toute une équipe de marin…
 

"Rocktambule"

On sent bien une certaine influence de clip à la "Mylène Farmer", mais c'est bien Catherine qui l'interprète. Catherine joue deux rôles : le sien, chanteuse qui est somnambule et qui part dans son rêve. L'autre, est celui d'un dandi, grimée en homme.
Les personnages tous symboliques entourent Catherine d'une ambiance mi romanesque mi diabolique. Tout y est représenté : la tentation, la raison, le jugement, la colère, la luxure en quelque sorte les 7 péchés capitaux. Catherine finit son rêve par la jalousie, en effet elle a les faveurs de la belle, mais se fait tuer par le prétendant.
A la fin du clip Catherine se réveille dans son lit sur la plage avec l'écharpe noire du personnage de la mort de son rêve...

« Ticket bleu »

Un cadre est accroché au mur… dans ce cadre on y voit deux violons… une main prend un violon et un archet… puis dans le brouillard on voit une femme qui avance vers nous, de plus en plus l’image devient net, c’est Catherine, les cheveux dans le vent… Jeux d’ombre et de lumière… de vent et de fumée…

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de savoir si vous êtes réellement un visiteur et permet de prévenir toutes intentions de spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.